PDF

Master Gestion de l'Environnement, Valorisation des Ressources Territoriales

Résumé de la formation

  • Type de diplôme : Master (LMD)
  • Niveau d'étude visé : BAC +5
  • Domaine d'étude : Environnement, Ingénierie agronomique

Accessible en :

  • Formation initiale
  • Formation continue

Présentation

Présentation

Environnement et Aménagements Territoriaux, agir dans la complexité. L'intention de l'équipe pédagogique est de former des professionnels capables d'intervenir dans les opérations d'aménagement de territoires. Des professionnels capables de maîtriser les interdépendances complexes qui s'établissent entre d'une part les territoires qui accueillent et/ou génèrent les opérations d'aménagement, et d'autre part ces opérations d'aménagement qui transforment les dits territoires. Cette maîtrise requiert de prendre en considération simultanément les dimensions techniques, les dimensions territoriales et les dimensions temporelles avec en particulier pour ces dernières les effets de rétro-action. Cette prise en compte simultanée permet d'appréhender les fonctionnements non mécaniques qu'ont les écosystèmes, les géo-systèmes et autres socio-systèmes en particulier lors « d'auto-finalisation ».
Ainsi l'objectif de l'équipe est de préparer les étudiants et les stagiaires en formation continue à s'insérer dans des secteurs professionnels, déjà constitués ou en émergence, qui se situent à l'interface entre environnement et développement territorial. Là où il y a une forte demande d'évaluations transversales, en particulier dues à la prise en compte opérationnelle des attendus du développement durable.Pour atteindre ses objectifs la formation repose sur plusieurs originalités. Un recrutement très composite : De part son ouverture aux disciplines : Aménagement, Biologie, Sociologie, Droit, Ecologie, Economie, Géographie, Sciences de la Vie et de la Terre, Ethnologie, Sciences Politiques, Agronomie et Ecole d'ingénieur, la composition de la promotion permet aux étudiants de confronter leurs expériences et leurs vécus. De manière volontaire ou par nécessité, car le programme d'enseignements ne prévoit pas de « cours de mise à niveau » pour ceux n'ayant pas suivi chaque spécialité enseignée. C'est aux étudiants issus de celle-ci d'informer et de former leurs collègues. Coopération et réciprocité sont demandées et attendues. Une interdisciplinarité effective et active Dans la gamme des préfixes de « disciplinaire » : Multi = présence de ; Pluri = regroupement circonstanciel autour d'un objet d'étude ; Inter = regroupement dans l'intention d'étudier un nouveau champ ou un champ connu avec une nouvelle approche ; Trans = retour à une science transcendante non cloisonnée... L'équipe pédagogique s'est résolument placée dans l'Interdisciplinarité. Elle fait d'ailleurs progressivement évoluer sa structure d'enseignement de modules « spécialités », où plusieurs thèmes sont abordés ; vers des modules « thématiques » où plusieurs spécialités sont enseignées. Par exemple il est déjà proposé des compositions individuelles uniques sur un thème transversal dont chaque copie est corrigée par 4 enseignants de spécialités différentes.

La méthode Systémique pour lier le tout La méthode/démarche systémique est « LA METHODE » pour aborder la complexité et les systèmes complexes. Elle englobe la démarche analytique classique cartésienne, en allant plus loin dans l'analyse, en particulier des objectifs. De plus elle propose des outils de représentations utilisables : les systèmes complexes. L'atout de l'enseignement du master est de s'appuyer sur les développements de cette méthode qui ont été faits aussi bien dans les domaines des sciences sociales, que dans ceux de la physico-chimie (c'est en lien direct avec les 4 co-habilitations). L'équipe pédagogique vise non seulement à « enseigner » la méthode, mais cherche en permanence à l'appliquer à son organisation, à l'utiliser pour l'évolution du master. Les étudiants auront bien sûr à la mettre en œuvre, en particulier sur l'objet étudié dans le cadre « d'ateliers » : travaux conséquents impliquant toute la promotion, dont l'un est contractuel avec une structure territoriale ; mais également sur eux même en tant que groupe imparfait lors de l'exécution de ces ateliers : coopération, réciprocité, pardon...

Lieux des enseignements

  • UPS Rangueil en M1
  • Institut National Universitaire JF Champollion à Albi (Tarn) en M2
Etablissements partenaires

Les intervenants pédagogiques

  • Institut National Universitaire Champollion, Albi
  • Université Toulouse Capitole
  • Université Toulouse Le Mirail
  • Université Toulouse Paul Sabatier
  • Ecole Nationale de Formation Agronomique
  • Ecole des Mines d'Albi-Carmaux

Savoir-faire et compétences

  • gérer et animer la gestion des projets confiés
  • mettre en œuvre une démarche systémique et interdisciplinaire
  • réaliser la veille documentaire adaptée au domaine d'étude
  • utiliser et traiter des données sociales et environnementales (résultats d'analyses de discours, de questionnaires, données cartographiables)
  • organiser, animer et réguler un dispositif de communication (séminaire, conférences, exposition, débat public, réunion de concertation)
  • communiquer pour rendre compte et valoriser les résultats d'analyse expertises conduites
  • appréhender et accompagner la conduite du changement, des transitions et des ruptures de modèles

Admission

Condition d'accès

Formation(s) requise(s)

  • M1:

Licence BOPE pour l'entrée en M1 BEE.

  • M2:

Flux latéraux importants issus de divers parcours.
Etudiant titulaire d'un Master 1, élève ingénieur admis en dernière année de l'ENFA ou de l'EMAC ;
Filières d'origine : Aménagement, Biologie, Sociologie, Droit, Ecologie, Economie, Géographie, Sciences de la Vie et de la Terre, Ethnologie, Sciences Politiques, Agronomie …

Programme

Contenu de la formation


Syllabus du M1 BEE-Ecologie
Syllabus du M2 BEE-GSEVRT

Et après ...

Perspectives professionnelles

  • Collectivités territoriales : communes, intercommunalités, départements, régions...
  • Bureaux d'étude, entreprises...
  • Administrations : Directions départementales et régionales de l'Agriculture et de la Forêt (DDAF), de l'Equipement (DDT), Directions régionales de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement (DREAL)...
  • Etablissements publics : ONF, Parcs Nationaux, Parcs Naturels Régionaux, syndicats mixtes, organismes consulaires (CCI, Chambres d'Agriculture, Chambres des Métiers), SAFER, Agences de l'Eau...
  • Associations de développement, Comités d'expansion, Centres permanents d'initiative pour l'environnement (CPIE), Conseils Architecture Urbanisme Environnement (CAUE) ...



  • Diagnostic territorial et bilans d'opérations de développement.
  • Accompagnement de montages de projets, négociation et animation du partenariat, gestion des risques écologiques...
  • Participation à l'élaboration des politiques d'entreprise et de collectivités : plans de gestion environnementaux et paysagers, documents d'urbanisme, chartes environnementales, conseil en matière de mesures agri-environnementales territorialisées, programme LIFE, Natura 2000...
  • Evaluation des effets sur l'environnement des politiques d'entreprises, des politiques européennes et nationales d'aménagement, des opérations de développement territorial.
  • Conseiller(ère) en développement territorial : ingénieur, animateur, agent de développement, chargé de mission, chef de projet, chargé d'étude, conseiller en environnement.
  • Cadre technico-administratif d'organismes de protection et de valorisation de l'environnement en charge des Plans Climats Locaux...
  • Chargé(e) de médiation.
  • Chargé(e) de la protection et de la gestion du patrimoine naturel.
  • Consultant(e) en organisation : milieu administratif, entreprises, associations...

Lieu d'enseignement

  • Albi