Images de villes

    En bref
  • Crédits ECTS : 13
  • Langue d'enseignement : Français
  • Méthode d'enseignement : En présence

Présentation

Le séminaire « Images de ville » propose de développer une réflexion épistémologique sur le processus de fabrication et d’identification culturelle à l’architecture et à la ville. Il explore la fabrication des représentations du point de vue de la conception d’une œuvre, en regardant différents niveaux d’interactions (acteurs, réel/imaginaire, réel/vécu) à chaque phase d’élaboration (conception, construction, occupation).

Le séminaire développe 3 axes de recherche :
-    Les développements de la modernité et l’architecture contemporaine, en coordination avec Sofia et Delft (projet Long Live modernism)
-    Les mouvements de la ville et l’esthétique sociale, en coordination avec Rio de Janeiro et le réseau sinuosité
-    Le patrimoine entre histoires et mémoires, en coordination avec l’Institut de la ville et le LISST-CIEU (« Densité »).
La réflexion vise à déconstruire les images mais aussi les limites, les frontières, les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la métropole. Elle engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, d´autres lieux de rencontre. Les processus d´identification à l´urbain et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs s´insèrent dans une perspective qui réfléchit autant sur les permanences que sur les mutations architecturales, urbaines et sociales.

En Europe, l’intégration des anciens pays de l’Est dans le territoire européen engendre en effet une « métropolisation » et entraîne une redéfinition des stratégies d’aménagement. Entre est et ouest, ces métropoles possèdent des héritages urbains différenciés, liés aux développements de la modernité architecturale et urbaine dans la seconde partie du 20° siècle et du début du 21° siècle.

Le séminaire s’attache à définir les modalités de fabrication de l’architecture et de la ville dans des logiques d’articulation du global et du local en tant que catégories subjectives. Le local et global ne sont pas figés et pas toujours ancrés dans un espace géographique : ils sont plutôt une question de relations, de mise en contexte et peuvent être liés aussi à un sentiment de proximité et d´identification culturelle à un espace. Il invite à déplacer le regard dichotomique sur l´espace urbain (opposition centre périphérie, par exemple, mais aussi public∕ privé) pour explorer la ville et l’architecture contemporaine, entre pratiques locales et globales, entre tensions et échanges permanents.

Le séminaire cherche donc à appréhender les transformations sociales et spatiales dans les métropoles, de l’échelle de la ville à celle de l’architecture. L’accélération de l’histoire et l’émergence d’une société en réseau sont à l’origine de mutations économiques et sociales qui impactent l’image des villes et les placent dans une dynamique urbaine concurrentielle. Ces mutations européennes interrogent les formes architecturales, urbaines et sociales, en objectivant la culture architecturale et le rôle de l’architecte dans la fabrication de la ville. Elles amènent à évaluer les jeux d’acteurs entre collectifs politique, social et architectural et à mesurer le processus de patrimonialisation contemporain, entre histoire(s) et mémoire(s). Elles permettent d’interroger les images de ville, entre mental et spatial, perception et imagination, visible et invisible, formel et informel.
La méthodologie adoptée vise à développer l’autonomie de l’étudiant par une succession de choix (photos, images, terrain, méthodologie, mise en forme).
Les séances de TD sont consacrées à la formalisation de représentations de la pensée (photomontages, dessins, schémas, films, …) : ces images deviennent les illustrations et servent de supports à l’écriture du mémoire. Les études comportent plusieurs volets : esthétique, urbain, architectural, historique, sociologique et géographique : une grille d’analyse est proposée aux étudiants, dans laquelle ils doivent choisir les éléments les plus appropriés à leur problématique.

Le séminaire comporte plusieurs enseignements : des cours (contenus généraux et spécifiques) et un atelier méthodologique qui comprend un intensif de terrain européen. Il est également organisé pour encadrer les erasmus sortants au 1er semestre.
Chaque année, des sites d’études sont proposés aux étudiants, dans le cadre des partenariats de l’ENSA Toulouse. Ces terrains peuvent être complétés par des propositions étudiantes. A titre d’exemple en 2010-2011 : Tallinn, Toulouse, Bordeaux, Lyon, Monte-Carasso, Firminy, Marseille.