Habiter le lieu

    En bref
  • Crédits ECTS : 23
  • Langue d'enseignement : Français
  • Méthode d'enseignement : En présence

Présentation

Cracker la ville : l'espace du corps en action

Enseignants : Clara Sandrini (Coord.), Gérard Fresquet, Alexandre Moisset, Luc Larnaudie, Carl Hurtin, Caterine Réginensi.
Lundi et mardi après-midi + workshop international (semaine architecturale de médiation)

L’atelier « cracker la ville » vise à :
1-    Développer de la force de proposition par le recours à l’imagination et la représentation (actions, films, photomontages, dessins conventionnels, croquis, modélisation),
2-    Identifier les rôles et missions de l’architecte : maîtrise d’œuvre de conception et d’exécution d’un projet d’habitat (temporaire, éphémère ou durable), programmation urbaine (quartier / ville et territoire) et maîtrise d’œuvre d’espace public (quartier),
3-    Communiquer les projets aux élus, aux services techniques et aux habitants (actions urbaines collectives, présentations publiques).

L’atelier croise les échelles de conception (territoire, quartier, lieu) et les temporalités d’action, avec des séances de TD, des explorations urbaines, 4 jurys et 1 workshop au Mirail (Semaine Architecturale de Médiation).

L’atelier se déroule en 4 phases :
1-    Intentions à 3 échelles,
2-    Figuration des projets architecturaux (individuels) et urbains (en groupe),
3-    Formalisation de l’espace architectural (individuel) et collage urbain (projet collectif),
4-    Workshop : synthèse des acquis.

Problématique de site :
L’objectif de l’atelier est de donner place à l’habité et aux habitants sur une portion de site, de Saint-Cyprien aux Pradettes, en articulation avec les flux créés par les transports en commun, dans une perspective durable et participative.  

Ce site s’appuie sur l’existence de la ligne A du métro qui relie le centre de la ville à deux de ses principaux centres commerciaux (Balma-Basso Cambo). Le centre ville et ses faubourgs immédiats représentent un enjeu majeur dans la métropolisation de la capitale régionale. L’arrivée du LGV, la reconquête des emprises ferroviaires sont l’objet de projets architecturaux et urbains qui vont redynamiser cette portion de territoire.

Le site est contraint par une topographie historique, accentuée par le centre historique (et ses projets) et par l’implantation de constructions « modernes » et « postmoderne ». Il présente une accumulation de patrimoines dans un paysage stratifié et compartimenté.

Objectifs des projets :
Le projet urbain vise à donner une identité urbaine lisible et partagée d’un fragment de ville, pour proposer une transformation d’un quartier métropolitain. Le projet architectural propose une transformation de l’espace (logements, équipements publics ou activités) à partir des usages existants. Les étudiants doivent rédiger une notice descriptive conforme à la réglementation en vigueur.