Environnement, Paysage et Architecture

    En bref
  • Crédits ECTS : 13
  • Méthode d'enseignement : En présence

Présentation

Cet enseignement vise d'abord à construire chez l'étudiant une culture du domaine Paysage/Environnement (histoire, productions, débats, stratégies, expériences). Par la suite, l'analyse de la demande sociale en matière de qualité environnementale et de paysage, tout autant que l'histoire culturelle de ces notions, ou l'étude des relations entre architecture et environnement, permettent de développer réflexion critique, choix de conception et méthodes opératoires pour un futur travail d'architecte.
Enfin, le séminaire familiarise l'étudiant avec les modes de travail et de pensée propres à la recherche scientifique, ce qui peut faciliter une éventuelle intégration dans des formations universitaires ou post-diplôme (DPEA, masters spécialisés, doctorats).
Le semestre est consacré aux apports théoriques (CM), au séminaire de recherche (exposés d'un enseignant sur ses travaux dans le domaine), en alternance avec des travaux dirigés (techniques de recherche bibliographique, de publication, d'analyse paysagère, d'analyse environnementale), ainsi qu'à la détermination du sujet de recherche (avec établissement d'une bibliographie).
Le semestre suivant (S87EP) est consacré à la rédaction du mémoire par l'étudiant, à des rendez-vous en face-à-face, à la poursuite du séminaire de recherche mensuel, ainsi qu'à une évaluation collégiale des mémoires.

Dans un contexte préoccupant pour la santé de la biosphère (épuisement des ressources, compétition écologique, raréfaction des territoires, développement anarchique des grandes villes, réchauffement climatique, pollution généralisée, etc.), la demande sociale en matière d'environnements et de paysages de qualité est devenue aiguë et exigeante, en particulier pour la commande architecturale (du logement au fragment de ville). Elle impose à l'architecte l'acquisition et la maîtrise à la fois d'une formation technique adéquate (afin de savoir répondre à cette demande), et d'une culture du domaine (permettant critique et innovation). Aussi ce séminaire, adossé une équipe de recherche engagée depuis longtemps dans l'exploration de ces questions  - le LRA-ENSAT (Ministère de la Culture et PRES Université de Toulouse)-, propose-t-il aux étudiants d'en offrir quelques clefs intellectuelles et méthodologiques.
Deux problématiques centrales rendent compte de l'articulation entre architecture, environnement et paysage : d'une part, un constat d’indissociabilité des préoccupations paysagères et environnementales dès lors qu'elles concernent les pratiques architecturales (programmation, conception, maîtrise d'oeuvre, gestion, réhabilitation, démolition). D'autre part, la reconnaissance du paysage comme totalité construite, fruit de l'investissement esthétique de certaines sociétés pour leurs « natures », procédant à la fois d'un milieu physique et d'une relation à ce milieu, d'un travail sur le monde et de sa représentation, d'une nature et de son élaboration continue, d'une exploitation et de la nécessité de son renouvellement (le paysage étant considéré comme un processus dynamique).


Bibliographie :
Quelques ouvrages de base :
(collectif), 'De l'agricole au paysage' , n° spécial de Etudes rurales, n°121/122/123/124, 1991.
(collectif), 'Des paysages', numéro spécial de : Annales de la recherche urbaine, n° 18-19, 1983.
Berque Augustin et al., Cinq propositions pour une théorie du paysage. Champ Vallon, Seyssel 1994.
Cauquelin Anne et al., L'invention du paysage, Plon, Paris 1989.
Dagognet dir, Mort du paysage ? Philosophie et esthétique du paysage, Champvallon,  Seyssel, 1989.
Roger, Alain, Court traité du paysage, Gallimard, Paris, 1997.
Roger, Alain, (sous la dir. de),  La théorie du paysage en France, 1974-1994. Seyssel : Champ Vallon, 1999.
Schama Simon, Le Paysage et la mémoire, Le Seuil, Paris, 1999.
(la bibliographie complète est disponible en début de semestre sur Moodle).